Lônes

présentation , Maison du Rhône, Givors 1990

Près du fleuve craint et sacralisé jadis, dominé aujourd’hui ; dans les lônes interdites, on peut encore éprouver les émotions des hommes d’avant l’Histoire, d’avant les religions ; aller à l’origine des formes symboliques du sacré ; à la quête de cette intuition poétique du Divin, à la manière de Hölderlin ou de Friedrich.
La commande sur le thème du Rhône et du sacré, par la Conservation du département de la Drôme a suscité en moi cette quête du sacré dans le paysage.
Les églises, les croix de chemins me sont apparus d’ordre purement humain. J’ai cherché parce que j’étais sûre de les trouver, des traces de l’ordre du Divin, dans le paysage.
Les totems, les stèles, les croix de marinier, les poupées magiques, les miroirs de sorcières, et les décors des récents ébats des êtres immatériels qui ont habités là, qui y habitent encore, existent : Le fleuve, d' aujourd‘hui les construit.
Je me suis laissée conduire, par les textes de Bachelard, d’Edgar Poe, et par cette certitude : Les premiers Égyptiens ont construit leur temple sur le modèle de la forêt de Papyrus noyées par le Nil : l’homme invente les formes du sacré en recopiant la nature.

Jacqueline Salmon, Charnay 26 octobre 1990.