Jacqueline Salmon

les miroirs de venise

2009
reflets, palais...

En 2002, J’étais rentrée d’un séjour à Venise avec le désire de photographier la surface des miroirs du XVIIIe dont le tain au mercure s’était lentement dégradé avec le temps et l’humidité. Je les avais imaginé alors dans mes photographies comme de grandes surface au gris changeant et ne réverbérant la lumière que par endroit. J’avais fait le repérage des palais où l’on pouvait les trouver.


7 années après invitée par une amie à Venise, j’ai voulu réaliser ce projet qui avait pris la forme d’un rêve, et ce que j’ai vu dans la réalité je ne pourrais pas échapper au reflet des lieux par la surface des miroirs. j’étais alors à la recherche d’une représentation du temps, et j’ai soudain vu dans ces miroirs et leur reflet une manière de représenter la ville de Venise dans toute l’épaisseur de son histoire, figée dans un rêve qui la dépasse et qui l’éternise.


Jacqueline Salmon Lyon 2011