Gilbert Amy

Le grenier d'abondance

in: le grenier d'abondance, ministère de la culture, Lyon, 1993

"La photographie a beaucoup dérangé l'imagination, parce qu'on a vu les choses en dehors du sentiment".
Henri Matisse

Cette phrase étrange -parce qu'elle semble méconnaître le rôle de l'artiste photographe-, j'aimerais l'inverser pour l'ppliquer, par antiphrase, à "l'imagination" de Jacqueline Salmon. Précisément en ce que ce tableau photographique, démesurément agrandi par son reflet, me révèle tout à la fois la nature des choses : pierre, voûte, enduit, ciment, gravats, l'imagination qui préside à leur ordonnancement dans le cadre donné et son éclairage particulier, et le sentiment de l'artiste face à cette structure, à la fois inébranlable et menacée. Le reflet subtil des deux premiers départs de voûte, qui dilue l'âpreté du matériau brut en une estompe magique, me semble dire, énoncer, entonner le sentiment de l'artiste avec une ferveur pudique que renforcent encore, vers la droite, les images renversées et mutilées des deux fenêtres. Ne nous annonce-t-elle pas que "l'imagination a beaucoup dérangé la photographie"?