Françoise Jourda

Le grenier d'abondance

Le grenier d'abondance, ministère de la culture, Lyon, 1993

Les matériaux mis à
vif, la pierre écor-
chée, il ne reste de
l'espace que sa
structure.
Ordonnée, répétitive,
semblant pouvoir
construire l'espace à
l'infini, pesante et
hiératique, cette
architecture voudrait
nous donner la certi-
tude d'un monde
unitaire et pérenne.


Dans ses voûtes, la
matière est agglomé-
rée, compacte,
homogène, parfaite-
ment opaque. Elle a
dû être lisse, grise,
définitivement figée.
Son altération, cer-
tainement, fut
longue et continue
pour la polir, jusqu'à
ce que ces burins
l'écorchent, la tailla-
dent, la blessent.


Elle reste pourtant
immobile, encore
seraine, mais deve-
nue fragile.
La lumière latérale la
traverse, creusant ses
fractures, apportant
aussi, enfin, un relief
dans son déroule-
ment sans fin.
Sous cet éclat la bri-
sure définitive est
proche, une trans-
formation à laquelle
ne résistera pas
l'unique soutien, ver-
tueux, de la première
voûte.


La matière écorchée
déja se ressoude.



Françoise Jourda